Laïka…

Par HèmPé


Si tu savais, tendre et douce Laïka
Combien tous nous manque déjà
Combien ton absence est cruelle
Nous t’aimions tellement, ma belle

Il n’est pas un seul instant
Ou ton regard attendrissant
N’apparaisse en notre mémoire,
Accroissant notre désespoir.

Penser ne plus jamais te revoir
Et à jamais ne plus pouvoir
Te caresser et te câliner
Meurtri sans fin nos coeurs blessés.

Plus jamais tu ne souffriras
Plus jamais on ne te consolera
C’est à nous, maintenant, de souffrir
A chacun de nos souvenirs

Rien ne peut nous consoler
De ton départ précipité
Petit coeur, en te perdant
Nous avons perdu un enfant.

Tu es partie en emportant
Le bonheur que durant huit ans
Tu nous a chaque jour apporté
Nos coeurs sont à présent vidés.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *